Alger (الجزائر ) surnommée ‘el Bahdja’ (‘ la joyeuse ‘), ‘ el mahroussa ‘ (‘ la bien-gardée ‘) tant par les Algériens que par les Français, est la capitale et la ville la plus grande d’Algerie. Alger est située sur la côte méditerranéenne et c’est le principal port du nord-ouest d’Afrique.

ALGERIE

Connue comme ‘Argel la Blanche’ par le blanc éclatant de ses bâtiments, elle fut autrefois considerée comme l’une des villes arabes les plus romantiques. Elle est maintenant une ville moderne, dont les bâtiments et les rues du style colonial français ont commencé à être construites au XIXe siècle, au coeur de la ville. La Casbah, avec son dédale de rues, correspond à la vieille ville et a été déclaré patrimoine mondial par l'Unesco en 1992.

Alger est la première agglomération du Maghreb, avec 4,4 millions d'habitants .

bandera_de_argelia_3


HISTOIRE :

Selon la légende, Alger fut fondée par le héros mythologique Hercules. Selon les vestiges archéologiques trouvés dans la ville en 1940, on peut estimer que la fondation fut avant le quatrième siècle.

À l'origine, c'était un port phénicien appelé Ikosim qui appartenait à l'ancien royaume berbère de la Maurétanie et la Numidie. Son nom fut latinisé en Icosium lorsqu’ elle fut intégrée dans la zone d'influence de l'Empire romain, à la suite d'une alliance entre le roi berbère Massinissa et le général romain Scipion l'Africain, pendant les guerres puniques en 146 avant JC.

legs_africain_de_massinissa

À la mort du roi Ptolémée de Mauritanie en 40 a. C., la région d'Alger fut annexée à l'Empire romain et inclus dans la province romaine de Mauritanie Cesariense.

Dans le cinquième siècle, les Vandales lui conquirent et régnèrent là-bas pendant un siècle jusqu'à sa défaite par l'armée byzantine en 533. À ce moment là, elle fut intégrée dans l'Empire byzantin.

Argel_desde_el_mar

La_chapelle_de_l_h_pital_MAILLOT_bab

L__glise_Saint_Louis_bab

Trois cent ans après c’est quand les arabes conquirent l’Afrique du Nord et introduisirent l’Islam. La région d'Alger était habitée, en ce temps-là, par Maghrawas, une tribu berbère Zenata. À la fin d'une longue guerre, le chef berbère Sanhaja ben Ziri Manader les vainquît et les expulsa au nom des Fatimides au début du siècle X. Lui-même, il autorisa son fils, Yusuf ben Ziri Bologhine, à établir ou à reconstruire et à agrandir trois villes: Médéa, Miliana et Djazaïr Beni Mezghanna, ‘les îles des enfants de Mezghannas’ ( l’Alger d’aujourd’hui ).

AFNLatAnim

L'historien et géographe Abu Abdullah al-Bakri décrivit, en 1068, la ville comme une ville importante et monumentale qui avait été la "capitale d'un vaste empire."

alger_la_blanche

Cimeti_re_de_Saint_Eug_ne

Depuis le Xème siècle elle devint un port important à travers lequel passait une grande partie du commerce méditerranéen, mais n'acquit pas une réelle importance jusqu'au XVème siècle, avec l'arrivée de nombreux mauresques de Grenade, expulsés par les Rois Catholiques en Espagne. Les Espagnols occupèrent et fortifièrent en 1510 la roche en face du port, mais ils furent expulsés en 1530 par Barberousse, qui, avec la protection de l'Empire ottoman, convertit la ville en une base pour la piraterie qui harcelait autant de navires marchands que militaires espagnols et anglaises. Une expédition contre la ville par l'empereur Charles V a échoué en 1541.

barberousse

Le 14 Juin 1830, la ville fut conquise par les Français, qui francisèrent son nom comme Alger. Au départ d'une occupation temporaire, la colonie algérienne dura plus de 132 ans jusqu'à l'indépendance en 1962.

heros

Au cours de la Seconde Guerre mondiale et après le débarquement allié en Afrique du Nord en 1943, Alger eut un rôle majeur pour être le siège du général Charles de Gaulle jusqu’à la fin de la guerre. Plus tard, le socialisme révolutionnaire eut un fort impact en Algérie. Au cours de la lutte pour l'indépendance contre la France (1954-1962), Alger fut le théâtre d'un combat majeur. En 1962, on la proclama capitale de l'Algérie indépendante.

ici_on_noie_des_algeriennes


victime


honneur


place

Pendant la guerre d'indépendance, le commandant Azzedine, membre de la FLN ( Front de Libération National, جبهة التحرير الوطني ), fut nommé en tant que chef de la Zone Autonome d'Alger par le Gouvernement provisoire de la République de l'Algérie (GPRA). Dans cette guerre on vit des nombreuses attentats et combats entre les factions pro-indépendance ( les guérilleros fedayín (فدائيين )) et ceux qui étaient des partisans de la maintien en France, certains membres de l’extreme droite française ( OAS ).

fln

fln



PRINCIPAUX QUARTIERS D’ALGER:

La Casbah (de al Qasbah, ‘la Citadelle ‘), c’est le premier arrondissement d'Alger .Elle fut fondée sur les ruines de l’ancienne Icosium. C'est une petite ville qui, construite sur une colline, descend vers la mer, divisée en deux : la ville Haute et la ville Basse. On y trouve des bâtisses et des mosquées du XIVème siècle.

la_casbah

MOSQUEE_KEBIR__L

Les bâtiments principaux que l’on trouve dans cette ville sont des mosquées : la mosquée Ketchaoua, qui a deux minarets, la mosquée Djedid caractérisée par le grand dôme qui dépasse de sa structure, la mosquée Kebir, entre autres. Quelque chose qui caractérise la Casbah sont les rues qui semblent labyrinthes et les maisons pittoresques.

m


m



Bab El-Oued : quartier populaire qui s’étend de la Casbah au-delà de ‘la porte de la rivière’. C'était au départ le quartier du petit peuple européen avant 1962. Célèbre par sa place ‘les trois horloges’ et par son ancien ‘marché Triolet’, noyé après les fameuses inondations de 2001, mais aussi pour ses nombreux artistes de tous genres. Bab El-Oued était aussi un des fiefs du FIS. C'est aussi un quartier d'ateliers et de manufactures.

bab_el_oued


bab_el_oued_2


bab_el_oued_3


bab_el_oued_5

bab_el_oued_6







El-Harrach, d'après le nom de l'oued (la rivière) qui traverse ce quartier.

L'embouchure de cette rivière joua un rôle très important dans la prise d'Alger et du Penon, ce rocher en face d'Alger occupé par les Espagnols. En effet, au début du XIVème siècle, à l'appel de l'un des dignitaires autochtones algérois qui voyait la perte progressive de l'autorité de la ville devant l'occupation du Penon par les Espagnols, l'un des frères Barberousse y cacha sa flotte avant de prendre Alger par surprise par le côté sud-est.

el_harrach

Ce quartier d'Alger fut nommé Maison-Carrée par les Français, qui en firent la zone industrielle de la ville. Ainsi, pendant la colonisation, aussi bien El-Harrach que Hussein-Dey furent des villes-satellites d'Alger où Algériens autochtones et Français ne cohabitaient guère, du fait d'une nette ségrégation résidentielle. Cette ville fut un quartier résidentiel pour une couche aisée de Français, mais un véritable ghetto pour les Algériens, surtout ceux poussés par l'exode rural.

MONUMENTS ET SITES:

Jamaa al-Jdid ( الجامع الجديد ):  Cette mosquée, l’un des édifices les plus importants de la période ottomane, est encore aujourd’hui le grand temple hanafite. Certaines de ses formes évoquent l’art byzantin. Elle aurait été conçu par le maître d’œuvre musulman al-Hâjj Habîb qui se conforma aux modèles ottomans. Elle fut construite en pierre, marbre, brique et plâtre. Le décor intérieur est fait de céramique et de bois. Son plan est basilical, ses trois nefs perpendiculaires au mur de la qibla sont coupées par cinq travées.

m


La nef centrale et l’avant dernière travée sont surélevées formant au niveau du toit une croix latine, dont le croisement des bras est surplombé d’une coupole, tandis que les nefs latérales sont couvertes de coupolettes et de terrasses plates surmontant des arcs de cloître, allégés à leur base de défoncements en arc brisé.

m

La nef centrale est couverte en berceau, ses arcs doubleaux retombent sur des piliers cruciformesLa coupole est circonscrite aux quatre angles par les coupolettes ovoïdes des nefs latérales, qui reposent sur un tambour octogonale et quatre pendentifs.

m

Mémorial du martyr ( مقام الشهيد ) : C’est un monument aux morts surplombant la ville d'Alger, érigé en 1982 à l'occasion du 20ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie (5 juillet 1962), en mémoire des morts de la guerre d'indépendance. Formé de trois palmes stylisées qui se rejoignent à mi-hauteur, ce monument en béton construit par la société canadienne Lavalin, s'élance jusqu'à une hauteur de 92 mètres.

memorial_du_martyr

Les trois palmes supportent, à 47 mètres du sol, une tourelle de style islamique d'un diamètre de 10 mètres et d'une hauteur de 25 mètres, surmontée d'un dôme de 6 mètres. L'ensemble repose sur une esplanade où brûle une ‘flamme éternelle’ et recouvre une crypte, un amphithéâtre et un musée (le musée du Moudjahid) souterrains.

memorial_du_martyr_2

Grande Mosquée d'Alger (الجامع الكبير ) : Elle fut construite par l'Almoravide Youssef Ibn Tachfin en 1097. La salle de prière, sans coupole centrale, est hypostyle; les piliers sont reliés par de grands arcs. Le mihrab est décoré de colonnes et de céramique.

Grande_mosqu_e_Alger_2

Le minaret est surmonté d’une hampe que traversent trois boules de cuivre de grosseur décroissante. La galerie extérieure n’est pas d’origine car elle a été ajoutée en 1836. Ses colonnes de marbre à chapiteaux décorés de motifs floraux proviennent de la mosquée Es Sayida qui s’élevait à la Place des Martyrs et que l’on jeta à bas en 1830.

Grande_mosqu_e_Alger

Plus récemment on a recouvert les tuiles rouges de son toit de rouleaux d’étanchéité. Elle est construite en pierre, brique, tuile, bois sur une charpente de bois. Le décor intérieur est fait de céramique et de bois.

Grande_mosqu_e_Alger_3

Basilique Notre-Dame d'Afrique: Elle fut achevée en 1872, après quatorze ans de travaux. L'architecte Jean Eugène Fromageau la construisit sur un plan byzantin, la surmontant d'une coupole.

notre_dame_d_afrique


Son plan offre la particularité d'être orientée avec le chœur au sud-ouest (au lieu de l'est habituellement).

notre_dame_d_afrique_2


Construite sur un promontoire dominant la mer de 124 m, au nord d'Alger, elle est accessible par un téléphérique depuis Bologhine
La basilique est considérée comme le miroir et le pendant, de l'autre côté de la Méditerranée, de Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille.

notre_dame_d_afrique_3


notre_dame_d_afrique_4


Son importance symbolique et religieuse se trouve résumée dans cette maxime inscrite en français, en arabe et en kabyle sur le mur de l'abside derrière l'autel : « Notre Dame d'Afrique priez pour nous et pour les Musulmans.  »

notre_dame_d_afrique_5



Villa Abd-el-Tif: C’est un petit palais algérois du fahs algéroise qui a hébergé de 1907 à 1962 des artistes peintres venus de métropole. Construite par un dignitaire du pouvoir deylical au XVIIIème siècle, elle fut par la suite propriété de Sid Mahmoud Abd-el-Tif qui l'acheta en 1795 pour deux mille dinars d'or. Après 1830, ce Djenen (demeure de style hispano-mauresque) revint à l'administration coloniale française. Cette villa qui n'avait pas de direction était gérée directement par les résidents.

Villa_Abd_el_Tif


Les Abd-el-Tif sont au nombre de quatre-vingt-sept dont soixante-sept peintres et graveurs, dix-sept sculpteurs et un architecte.Cette institution a beaucoup contribué au rayonnement artistique de l'Algérie. Abandonnée après l'indépendance du pays, la villa, classée monument historique en 1967, a été restaurée.


Palais des Raïs (قصر الرياس ) : Il représente, par ailleurs, l’un des derniers témoins qui attestent physiquement du prolongement de la Médina d’Alger (Casbah) jusqu’à la mer à l’époque ottomane.

palais_des_rais_3


palais_des_rais_2

palais_des_rais

Jardin d'Essai du Hamma : Situé dans le quartier de Hamma à Alger, c’est un jardin luxuriant, véritable joyau écologique, qui s'étend en amphithéâtre, au pied du Musée National des Beaux-Arts d'Alger, de la rue Mohamed Belouizdad à la rue Hassiba Ben Bouali sur une superficie de 32 hectares.

jardin_d_essai


Il est considéré comme l'un des jardins d'essai et d'acclimatation les plus importants au monde.

jardin_d_essai

jardin_d_essai

Le Jardin d'Essai n'est pas seulement un centre de production botanique ou horticole mais aussi un centre d'enseignement et un lieu de promenade fort apprécié des Algérois. On y dénombre plus de 3 000 espèces végétales.

jardin_d_essai

LE ROI DU RAP ALGERIEN:

Lotfi Double Kanon naquit le 6 juillet 1974 à Annaba. Il est issu d'un père ouvrier est d'une mère au foyer. Il grandit dans une famille modeste composée d'un frère et de deux sœurs, tous diplômés universitaires. Lotfi fond le groupe Double Kanon dans les années 90.

lotfi

Lors d'une prestation live de Lotfi sur la scène du théâtre de la verdure à Annaba l'été 1997, il a fait connaissance avec l'intolérance des pouvoirs publics qui ont interrompu le spectacle mettant en cause les textes trop expressifs selon leurs propos. Cet acte a enflammé la foule qui se heurta aux forces de l'ordre et qui valut à Lotfi l'étiquette de chanteur "Rebel".

lotfi_2

Avec son ami Waheb, lotfi forma officiellement le groupe ‘Double Kanon’ en entrant en studio pour enregistrer le premier album ‘Kamikaz’ ; ouvrant ainsi la porte du long chemin que devra parcourir le groupe...

Malgré cela, le groupe a beaucoup d'ennemis...